Partenariat ONG
France
Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF)

Lever le tabou sur les violences conjugales

« Kering et ses marques considèrent que l’entreprise est un lieu privilégié pour permettre de prendre conscience de la problématique des violences conjugales ». François-Henri Pinault
La Fondation tisse des relations durables avec ses partenaires afin de pérenniser leur projet et leur impact. Son partenariat avec la Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) est une parfaite illustration de cet engagement. Initié en 2009, il ne cesse de s’enrichir au fil des années.

Depuis près de 30 ans, la FNSF  lutte contre les violences conjugales en France. La Fédération gère le 3919, numéro national d’écoute, d’information et d’orientation, anime un réseau de 65 associations locales qui accueillent et hébergent les femmes victimes avec leurs enfants. Elle propose également des formations pour les membres de son réseau et d’autres acteurs sociaux comme les professionnels de la santé, les policiers et les élus.

En 2009

La Fondation finance une équipe mobile en charge d’accueillir les victimes de violences conjugales dans les hôpitaux de Montpellier et soutient le pôle formation de la FNSF : partenariat pluriannuel poursuivi jusqu’à ce jour.

En 2010

Francois-Henri Pinault  signe une Charte de Prévention et de Lutte contre les violences conjugales qui engage le Groupe à sensibiliser ses collaborateurs en France et à former des collaborateurs relais.

En 2011

La Fondation organise les 1ères sessions de sensibilisation auprès des collaborateurs de Kering.

Le 25 novembre la campagne de sensibilisation de la FNSF sur les auteurs de violences conjugales est diffusée auprès de 30 000 collaborateurs en France.

En 2012

Le 25 novembre la Fondation soutient financièrement à la campagne media Le souffle, diffuse le spot dans les marques et accueil la conférence de presse de lancement.

En 2013

La FNSF forme des formateurs de l’ONG italienne D.i.Re  dans le cadre de l’extension des sessions de sensibilisations en Italie.

« Qu’une Fondation d’entreprise prenne le parti de défendre ce qui semble relever, de prime abord, de la sphère intime est important. Elle signifie ainsi qu’elle considère que la question est d’ordre public, qu’elle concerne la société et pas seulement deux individus. Oui, l’entreprise peut et doit jouer un rôle, car elle est un vecteur d’information. Dans un monde plein de bruits, il est difficile d’exister. Au-delà du soutien financier, la Fondation Kering participe à la visibilité de la FNSF et à la cause qu’elle défend. »

 

 

Christine Clamens, Directrice Générale de la FNSF

 

 

Partenariat :
Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF)
Lieu :
France
Mission :
Sensiblisation et lutte contre les violences conjugales
Date de début :
Janvier 2008
date de fin :
Janvier 2011
Bénéficiaires :
Salarié(e)s et bénévoles des 65 associations du réseau FNSF et collaborateurs du groupe Kering

Témoignage

Entretien avec Clémentine Lévy, Chargée d'Action Formation à la Fédération Nationale Solidarité Femmes

Quelles sont les missions du service Formation de la Fédération Nationale Solidarité Femmes ?

Le service s’adresse d’une part aux professionnel(le)s et bénévoles du réseau et leur permet d’acquérir les compétences spécifiques liées à l’accompagnement des femmes victimes de violences conjugales. Nous proposons par ailleurs, depuis 2008, des prestations de formation aux personnels de structures publiques ou privées amenées à être en contact avec des femmes victimes : personnels de santé, assistantes sociales, psychologues, etc. Les thèmes abordés sont la compréhension du phénomène des violences conjugales, l’accueil et l’accompagnement des femmes victimes de violences conjugales, la prévention des comportements et des violences sexistes.

Quels sont les principaux objectifs des sessions de sensibilisation de collaborateurs de Kering ?

Les sensibilisations s’adressent en priorité aux personnes susceptibles d’être référents sur la question des violences conjugales : services des Ressources Humaines, médecins, infirmières ou assistantes sociales par exemple. L’objectif de cette demi-journée est  d’améliorer leur connaissance du phénomène des violences conjugales et de leur possible impact dans le monde du travail afin de leur fournir quelques clés et une ouverture d’esprit qui leur permettent d’orienter toute personne concernée vers les associations et le 3919. J’anime les sensibilisations en binôme avec le responsable d’une association locale du réseau FNSF : cela permet de toujours faire le lien entre théorie et pratique et crée une rencontre privilégiée pour d’éventuelles collaborations futures.

Comment les entreprises peuvent-elles selon vous contribuer à limiter les violences conjugales ?

La sensibilisation au sein de l’entreprise implique de nouveaux paramètres, jusque-là inexplorés dans le contexte des formations aux travailleurs sociaux. J’ai donc aménagé les contenus et mis l’accent sur les conséquences dans l’entreprise,  des situations de violences conjugales : pour la femme concernée et pour celles et ceux qui travaillent avec elle. Mon intervention s’est articulée autour de  la compréhension du phénomène en lien avec la compréhension du rôle central de l’emploi pour les victimes. Il est important que les participants sachent que cette problématique se situe à la jonction des sphères privées et publiques, développent leur écoute et leur approche des questions en gardant une distance. Ces sensibilisations tentent d’instituer le lieu de l’entreprise comme un espace rassurant permettant de réfléchir l’aide à apporter aux  femmes victimes, où l’information est accessible librement.