Actus

A voir, à lire
18/09/2017
En France, une femme meurt encore tous les trois jours de violences conjugales

En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur partenaire selon le rapport publié par le Ministère de l’Intérieur Français au 1er septembre 2017.

Cette étude sur les morts violentes au sein du couple en France démontre que les femmes restent les premières victimes de violences conjugales. 34 hommes ont également été répertoriés. Derrière ces chiffres, ce sont 157 personnes qui ont perdu la vie en 2016, soit 9% de plus qu’en 2015 où l’on recensait alors 144 victimes.
Ce constat fait écho au rapport international des Nations Unies émis en 2015. On notait déjà que deux tiers des victimes de violences conjugales entraînant la mort étaient des femmes.

Un article du journal Libération illustre ces faits du quotidien, ces histoires de vie qui touchent tous les milieux sociaux. Le papier décrit la cause principale du passage à l’acte pour les hommes auteurs d’homicide en France : le refus de la séparation. Ernestine Ronai, Psychologue et Responsable de l'Observatoire des violences envers les femmes en Seine-Saint-Denis, explique ces propos« On ne tue pas sa femme par amour, jamais. On la tue car on ne supporte pas de la perdre, on veut garder son objet ».

Un autre aspect essentiel est également soulevé : les enfants au cœur des violences conjugales.
Bien souvent traumatisés car premiers témoins de ces violences, les enfants sont aussi des victimes collatérales. On dénombre ainsi 25 décès d’enfant en 2016, dont 9 ayant perdu la vie en même temps que leurs mères.

Le centre Hubertine Auclert, centre francilien pour l’égalité homme-femme a présenté ce jeudi 7 Septembre, le rapport « Mieux protéger et accompagner les enfants co-victimes des violences conjugales ». Il préconise un renforcement de l’aide et des moyens apporté aux « femmes victimes et leurs enfants » afin de les encourager à s’exprimer et prévenir les violences.
Cette étude s’appuie dans la démarche du premier plan contre les violences faites aux enfants ainsi que le cinquième plan de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux femmes, lancés en 2017.

Pour vous informer sur les associations spécialisées, n’hésitez pas à consulter le site de la Fédération Nationale Solidarités Femmes, réseau d'accueil, d'accompagnement et d'hébergement des femmes victimes de violences, ou contactez le 3919 (Appel anonyme et gratuit).


[Sources : RTL, Libération, Le Parisien, Le Figaro]