Campagne White Ribbon For Women 2017

Mobiliser la prochaine génération pour lutter contre les violences faites aux femmes

Du 20 au 25 Novembre 2017, la Fondation Kering lance la 6e édition du White Ribbon For Women, une campagne internationale uniquement digitale afin de cibler en priorité la génération Z et provoquer un changement culturel profond et durable.

Il est bien sûr difficile d’imaginer le quotidien d’une femme victime de violences. Cependant, nous pouvons nous montrer solidaire et mettre ce sujet en lumière afin de sensibiliser l’opinion et briser le silence.

#ICouldHaveBeen

Quand un couple attend un enfant, il pense à différents prénoms. Nous aurions tous pu être né fille. Votre prénom est James, Alessandro ou Wei mais vous auriez pu être Olivia, Chiara ou Li.

Nous aurions tous pu être victime de violences au cours de notre vie, comme 1 femme sur 3 dans le monde.

La Fondation Kering invite chacun de nous à briser le silence en utilisant #ICouldHaveBeen et en visitant le site ICouldHaveBeen.org, afin de mettre un terme aux violences.

 

Ceux qui ne sont pas nés filles sont invités à imaginer la vie qu’ils auraient pu avoir en inscrivant un prénom féminin sur le site ICouldHaveBeen.org. Ce prénom pourrait être celui que leurs parents leur auraient donné s’ils étaient nés filles, ou celui d’une sœur, d’une mère ou d’une amie. Avec l’apparition de statistiques impactantes, les hommes découvrent la « réalité » des violences qu’ils auraient pu subir et sont invités à les partager sur les réseaux sociaux.

En signe de solidarité avec les victimes de violences, les femmes sont invitées à prendre HER comme prénom et à partager leurs photos sur les réseaux sociaux. Leur rôle est de lancer un défi à leur entourage masculin, que ce soit leurs frères, leurs pères leurs amis…, afin qu’ils rejoignent la campagne et révèlent leur nom de fille.  

Cette année, la campagne est soutenue par de nombreux directeurs artistiques du Groupe Kering comme Alessandro Michele, Stella McCartney ou Chistopher Kane, mais aussi par des influenceurs connus de la génération Z.

 

Rendez-vous sur le site ICouldHaveBeen.org et partagez votre photo en utilisant le hashtag #ICouldHaveBeen sur les réseaux sociaux afin de briser le silence et mettre fin aux violences.

Nos partenaires donnent le pouvoir aux futurs générations

EROC (End Rape on Campus) est une organisation américaine qui vient en soutien aux victimes et cherche à mettre un terme aux violences sexuelles sur les campus américains, en soutenant directement les victimes et leurs communautés (prévention par l'éducation, réforme des politiques sur le campus au niveau local, étatique et fédéral). En novembre dernier, ils ont lancé leur nouvelle carte Campus Accountability Map, la première du genre qui permet aux utilisateurs de consulter des informations détaillées sur les pratiques d'enquête sur les agressions sexuelles dans les universités américaines. L'objectif? Responsabiliser les étudiants et informer les communautés. Non seulement cette carte sert de ressource pour les victimes, mais elle peut également orienter les nouveaux étudiants et les prospects dans leur processus de prise de décision.

 


 

Créer un véritable changement dans les comportements commence par former les jeunes générations au sujet des violences faites aux femmes et à leur montrer ce à quoi ressemble une relation de couple saine. Notre partenaire Women’s Aid répond à ce problème avec son guide « Controlling Behavior in Relationships » afin d’aider les parents à parler de relation amoureuse saine avec leurs enfants et leur apprendre à identifier les comportements d’emprise chez un partenaire.  

Controlling Behavior in Relationships Talking to Young People About Healthy Relationships

Chifres Clés

DANS LE MONDE

1 femme sur 3 est victime de violences au cours de sa vie.

Une fille de moins de 18 ans est mariée de force toutes
les 2 secondes.

Les femmes et les jeunes filles constituent 96 % des victimes de traite pour exploitation sexuelle.

Jusqu’à 50 % des agressions sexuelles sont commises à l’égard de jeunes filles de moins de 16 ans.

75 % des enfants réfugiés ont subi violences et agressions de la part d’un adulte au cours de leur périple migratoire.  

EN EUROPE

Toutes les 7 minutes, une femme est violée en France, ce qui équivaut à 205 viols par jour.

En Italie 31.5 % des femmes ont subi une forme de violences qu’elle soit physique ou sexuelle.

Au Royaume-Uni, plus d’1 femme sur 2 âgée de 18 à 21 ans a signalé un incident violent commis par leur compagnon.
 

 

 

EN AMERIQUE

Aux Etats-Unis, 1 jeune fille sur 4 subira des sévices sexuels avant d’atteindre l’âge de 16 ans.

 

EN ASIE

25 à 30 % des 630 millions de femmes vivant en Chine sont victimes de violences au cours de leurs vies.

Au Japon, 1 femme sur 6 a signalé des violences physique ou sexuelle commises par un partenaire intime au cours de sa vie.